Personne ne se sauve tout seul

Auteur

Traducteur


Parution: 07Mai 2014
Pages: 228
Format: 135mm x 215mm
Prix: 24.95 $
ISBN: 978-2-221-13205-0


Personne ne se sauve tout seul

Traducteur

Delia et Gaetano étaient un couple. À présent, ce n’est plus le cas, et ce soir, ils doivent apprendre à se revoir. Ils se retrouvent pour dîner dans une trattoria à la mode, en plein air, peu de temps après que Gaetano a déménagé. Il habite dans un quartier vaguement malfamé, tandis qu’elle est restée dans la maison avec Cosmo et le petit Nico.

Delia et Gaetano ont trente-cinq ans, un âge où il est possible de tout recommencer. Mais leur colère est intacte, et leur chair, encore chaude et agitée. Ils rêvent d’aller en paix, mais sont tentés par d’autres corps, d’autres lieux, d’autres vies. Où se sont-ils trompés ? Le fait est qu’ils ne le savent pas. La passion des débuts et la rage de la fin sont encore dangereusement proches. Ils ont grandi dans une époque où tout semble avoir déjà été dit, où l’alphabet émotionnel est devenu confus. Ils échangent des mots qui ne parviennent pas à donner une voix à leur solitude, à leur urgence. Pourtant, les mots sont capables d’éclairs fugitifs, qui vont droit au coeur des souvenirs les plus déchirants, et mettent en scène, une calme soirée d’été, le drame intemporel de l’amour et du désamour.

Dans la veine d’Écoute-moi, son grand texte sur les relations homme-femme, Margaret Mazzantini renoue avec le roman sentimental et nous offre l’autobiographie d’une génération : l’histoire des cendres et des flammes d’un couple contemporain, ses transgressions ordinaires et son aventure quotidienne. Sans la peur du lyrisme, sans l’écueil du pathos.

AUTEUR

Margaret Mazzantini

Née à Dublin, fille d'un peintre irlandais et d'un écrivain italien, Margaret Mazzantini a quarante-cinq ans. Actrice, romancière et scénariste, elle consacre aujourd'hui sa vie à l'écriture et à sa famille. Après Antenora, Écoute-moi et Venir au monde, La Mer, le matin est son quatrième roman.

Suggestions