Grand chasseur blanc

Auteur


Parution: 17Février 2014
Pages: 456
Format: 135mm x 215mm
Prix: 34.95 $
ISBN: 978-2-221-14051-2


Grand chasseur blanc

« J'ai franchi plusieurs frontières, toujours vers l'est. L'extrême est. Avec un passeport d'homme blanc dans la poche. Et pas grand-chose d'autre. Quelques routes du ciel, quelques chemins d'Asie. Je me suis retrouvé un jour à Bali. J'y suis resté. Ça faisait déjà trop longtemps que j'étais parti ou alors c'est que j'étais fatigué de regarder derrière moi. J'avais l'impression d'être dans le cul-de-sac de ma vie, à cinquante ans, comme un vieux hippie. L'indigène était jeune, bienveillant, il avait un smartphone. Les ponts aériens déversaient des touristes mondialisés. On signalait la disparition inquiétante des dieux. Moi, dans mon coin de rizière, je léchais mes plaies. C'est là que j'ai rencontré Jean-Bat, qui était gigantesque, québécois et homo. Ce qui faisait beaucoup pour un seul homme. C'est là que Jeanne m'est tombée dessus avec ses seins flottants et toutes ses joies de vivre. Ce qui était trop pour en faire une passion. Heureusement, il y avait de la bière et de la mousson pour noyer tout ça comme on noie des chatons. Et des réseaux sociaux pour interroger hier, quand on était jeune, dans une autre vie. Quand on était beau et criminel. »

« J’ai franchi plusieurs frontières, toujours vers l’est. L’extrême est. Avec un passeport d’homme blanc dans la poche. Et pas grand-chose d’autre. Quelques routes du ciel, quelques chemins d’Asie. Je me suis retrouvé un jour à Bali. J’y suis resté. Ça faisait déjà trop longtemps que j’étais parti ou alors c’est que j’étais fatigué de regarder derrière moi. J’avais l’impression d’être dans le cul-de-sac de ma vie, à cinquante ans, comme un vieux hippie. L’indigène était jeune, bienveillant, il avait un smartphone. Les ponts aériens déversaient des touristes mondialisés. On signalait la disparition inquiétante des dieux. Moi, dans mon coin de rizière, je léchais mes plaies. C’est là que j’ai rencontré Jean-Bat, qui était gigantesque, québécois et homo. Ce qui faisait beaucoup pour un seul homme. C’est là que Jeanne m’est tombée dessus avec ses seins flottants et toutes ses joies de vivre. Ce qui était trop pour en faire une passion. Heureusement, il y avait de la bière et de la mousson pour noyer tout ça comme on noie des chatons. Et des réseaux sociaux pour interroger hier, quand on était jeune, dans une autre vie. Quand on était beau et criminel. »

AUTEUR

Denis Parent

Journaliste de cinéma dans une première vie (Première, Studio Magazine, « Ciné Cinéma »), puis réalisateur et scénariste, Denis Parent est l'auteur de deux romans. Perdu avenue Montaigne vierge Marie (2008) et Un chien qui hurle (2011), parus chez Stéphane Million Éditeur.

Suggestions