Le dernier certif


Parution: 29Septembre 2008
Pages: 320
Format: 153mm x 240mm
Prix: 45.95 $
ISBN: 978-2-221-11140-6


Le dernier certif

En cette année 1962, la guerre d'Algérie s'achève dans les pleurs. De Gaulle réclame une élection présidentielle au scrutin universel et un monde nouveau s'ouvre où le certif ne peut survivre... À cinquante ans, l'institutrice Emma Béranger retrouve le village de Saint-André, lieu de souvenirs familiaux douloureux, et s'apprête à inaugurer une nouvelle année scolaire. Belle femme sensuelle et lucide, elle essaie d'affronter son âge et son veuvage avec sérénité mais voit le temps des possibles filer entre ses doigts... Même son métier est là pour le lui rappeler : cette année sera la dernière du certificat d'études. Un examen si précieux autrefois et si dévalorisé désormais qu'elle n'y présentera qu'une seule élève. Autre signe des changements qui s'opèrent en ces débuts d'années 1960, Paul Chabert, un « pied noir » riche et mystérieux, s'installe à Saint-André, bouleversant le village de par son passé et ses différences. Dès leur première rencontre, Emma pressent qu'avec ce bel homme tourmenté, elle pourrait bien réapprendre à aimer.
Chez Michel Jeury, c'est toujours l'entrelacs étroit du réel historique, des désirs et des destins qui nourrit la verve romanesque d'une tendresse et d'un charme si particuliers. Comme dans les deux épisodes précédents, nous retrouvons cette justesse affectueuse et ironique avec laquelle il entraîne ses personnages dans un drame que seules leur rigueur et leur bonté permettent de surmonter.

En cette année 1962, la guerre d’Algérie s’achève dans les pleurs. De Gaulle réclame une élection présidentielle au scrutin universel et un monde nouveau s’ouvre où le certif ne peut survivre… À cinquante ans, l’institutrice Emma Béranger retrouve le village de Saint-André, lieu de souvenirs familiaux douloureux, et s’apprête à inaugurer une nouvelle année scolaire. Belle femme sensuelle et lucide, elle essaie d’affronter son âge et son veuvage avec sérénité mais voit le temps des possibles filer entre ses doigts… Même son métier est là pour le lui rappeler : cette année sera la dernière du certificat d’études. Un examen si précieux autrefois et si dévalorisé désormais qu’elle n’y présentera qu’une seule élève. Autre signe des changements qui s’opèrent en ces débuts d’années 1960, Paul Chabert, un « pied noir » riche et mystérieux, s’installe à Saint-André, bouleversant le village de par son passé et ses différences. Dès leur première rencontre, Emma pressent qu’avec ce bel homme tourmenté, elle pourrait bien réapprendre à aimer.
Chez Michel Jeury, c’est toujours l’entrelacs étroit du réel historique, des désirs et des destins qui nourrit la verve romanesque d’une tendresse et d’un charme si particuliers. Comme dans les deux épisodes précédents, nous retrouvons cette justesse affectueuse et ironique avec laquelle il entraîne ses personnages dans un drame que seules leur rigueur et leur bonté permettent de surmonter.

Suggestions