Les affluents du ciel

Auteur


Parution: 28Septembre 1999
Pages: 304
Format: 153mm x 240mm
Prix: 39.95 $
ISBN: 978-2-221-09051-0


Les affluents du ciel

Aiguemont est un immense domaine au coeur du Limousin, entre Limoges et Uzerche. Sur lequel règne — c'est dans les années 1873-1878 — un grand notable, Pierre Sérilhac, homme à la fois débonnaire et autoritaire. Il y a trente ans, il a épousé (coup de foudre réciproque) une très belle et très fine jeune fille noble du Béarn: Clara, qui illumine l'austère château d'Aiguemont de son charme et de son intelligence. Ils ont eu trois enfants: François, Mathilde et Arnaud. François est raisonnable (c'est à lui que reviendra le domaine), Mathilde est raisonnable et passionnée, Arnaud est déraisonnable. C'est par lui que le désordre et le malheur entrent dans la famille. Dans la région comme à Paris, il fait mille folies, s'abandonne à tous les excès — il est poète aussi (il y a, clairement, du Rimbaud en lui). Il subjugue sa mère, sa soeur, et même son père. Jusqu'au jour où, parce qu'il en a vraiment trop fait, celui-ci le chasse; Clara, atteinte dans sa chair, s'enfuit dans la nuit: on la retrouvera morte, mordue par un aspic, tout près d'un pavillon de chasse où Pierre et elle avaient connu le bonheur. Désespéré, se tenant pour responsable de sa mort, Pierre Sérilhac s'enferme dans le pavillon isolé, près de la tombe de Clara. Il abandonne la gestion du domaine à François. Dans le même temps se construit la ligne de chemin de fer du P.O. (Paris-Orléans), qui atteint les terres d'Aiguemont. Nul ne peut s'opposer à sa progression: les intérêts en cause sont considérables. Pierre Sérilhac s'y est résigné. Mais il y a deux lieux qu'il veut voir préserver: usant de son entregent, il obtient que la Roche Sauvagnat ne soit pas coupée par une large tranchée, mais il ne peut empêcher qu'un viaduc ne frôle pas la tombe de Clara. L'ingénieur Paul Nordling, maître absolu sur le chantier, s'irrite fort des obstacles que Pierre Sérilhac dresse devant lui. Si François favorise le grand projet, Mathilde, par fidélité à son père, par orgueil, défie l'ingénieur. Et c'est ainsi que ces deux êtres de grand caractère et de passion se découvrent, et que l'amour naît entre eux — amour tumultueux, violent. Les travaux avançant, les piles d'un pont commencent à s'élever tout près de la tombe de Clara. Et l'on met au jour les traces d'une voie romaine devenue l'un des chemins de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, et la route même qui menait, en Béarn, aux terres d'origine de Clara. Alors, Pierre Sérilhac, las et désespéré, part sur cette route, seul...

Aiguemont est un immense domaine au coeur du Limousin, entre Limoges et Uzerche. Sur lequel règne — c’est dans les années 1873-1878 — un grand notable, Pierre Sérilhac, homme à la fois débonnaire et autoritaire. Il y a trente ans, il a épousé (coup de foudre réciproque) une très belle et très fine jeune fille noble du Béarn: Clara, qui illumine l’austère château d’Aiguemont de son charme et de son intelligence. Ils ont eu trois enfants: François, Mathilde et Arnaud. François est raisonnable (c’est à lui que reviendra le domaine), Mathilde est raisonnable et passionnée, Arnaud est déraisonnable. C’est par lui que le désordre et le malheur entrent dans la famille. Dans la région comme à Paris, il fait mille folies, s’abandonne à tous les excès — il est poète aussi (il y a, clairement, du Rimbaud en lui). Il subjugue sa mère, sa soeur, et même son père. Jusqu’au jour où, parce qu’il en a vraiment trop fait, celui-ci le chasse; Clara, atteinte dans sa chair, s’enfuit dans la nuit: on la retrouvera morte, mordue par un aspic, tout près d’un pavillon de chasse où Pierre et elle avaient connu le bonheur. Désespéré, se tenant pour responsable de sa mort, Pierre Sérilhac s’enferme dans le pavillon isolé, près de la tombe de Clara. Il abandonne la gestion du domaine à François. Dans le même temps se construit la ligne de chemin de fer du P.O. (Paris-Orléans), qui atteint les terres d’Aiguemont. Nul ne peut s’opposer à sa progression: les intérêts en cause sont considérables. Pierre Sérilhac s’y est résigné. Mais il y a deux lieux qu’il veut voir préserver: usant de son entregent, il obtient que la Roche Sauvagnat ne soit pas coupée par une large tranchée, mais il ne peut empêcher qu’un viaduc ne frôle pas la tombe de Clara. L’ingénieur Paul Nordling, maître absolu sur le chantier, s’irrite fort des obstacles que Pierre Sérilhac dresse devant lui. Si François favorise le grand projet, Mathilde, par fidélité à son père, par orgueil, défie l’ingénieur. Et c’est ainsi que ces deux êtres de grand caractère et de passion se découvrent, et que l’amour naît entre eux — amour tumultueux, violent. Les travaux avançant, les piles d’un pont commencent à s’élever tout près de la tombe de Clara. Et l’on met au jour les traces d’une voie romaine devenue l’un des chemins de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, et la route même qui menait, en Béarn, aux terres d’origine de Clara. Alors, Pierre Sérilhac, las et désespéré, part sur cette route, seul…

AUTEUR

Jean-Guy Soumy

Après Le Congrès, Le Silence (prix des lecteurs du Télégramme), La Promesse, Le soldat fantôme est le dix-septième roman de Jean-Guy Soumy, dont toute l’œuvre romanesque est publiée chez Robert Laffont.

Suggestions