Moi, Giuseppina Verdi

Auteur


Parution: 24Juin 2013
Pages: 324
Format: 1mm x 215mm
Prix: 34.95 $
ISBN: 978-2-221-13527-3


Moi, Giuseppina Verdi

Giuseppina Strepponi est l'une des plus grandes cantatrices de son temps. Fille du compositeur Giuseppe Strepponi, elle débute en 1834, à dix-neuf ans, dans L'Elixir d'amour de Donizetti. Travailleuse acharnée, elle compte bientôt à son répertoire les oeuvres de Rossini et Bellini. Elle chante à guichets fermés tous les soirs et fait l'admiration des plus grands musiciens. C'est elle, au sommet de sa gloire, qui lance la carrière de Giuseppe Verdi. En 1842, en effet, elle plaide pour que le jeune compositeur ait accès à la Scala de Milan, le temple de l'opéra. Elle crée Abigaille dans Nabucco. C'est un triomphe, avec cinquante-sept représentations consécutives.
Assez vite cependant, sa voix décline, notamment à cause du surmenage, elle qui va jusqu'à chanter six fois Norma en une semaine. De plus, sa vie personnelle est très chaotique ; elle met au monde quatre enfants hors mariage, qu'elle devra abandonner. Giuseppina renonce à la scène en 1846, à tout juste trente ans.
Elle s'installe à Paris comme professeur et Verdi la rejoint l'année suivante. Désormais, leurs vies sont liées. Ils s'installent à Sant'Agata en 1851 et se marient le 29 avril 1859. Suivra la période sereine de leur vie à tous les deux, entre Paris, Gênes et Milan, celle de la pleine maturité créatrice de Verdi, riche de succès et d'inspiration.

Giuseppina Strepponi est l’une des plus grandes cantatrices de son temps. Fille du compositeur Giuseppe Strepponi, elle débute en 1834, à dix-neuf ans, dans L’Elixir d’amour de Donizetti. Travailleuse acharnée, elle compte bientôt à son répertoire les oeuvres de Rossini et Bellini. Elle chante à guichets fermés tous les soirs et fait l’admiration des plus grands musiciens. C’est elle, au sommet de sa gloire, qui lance la carrière de Giuseppe Verdi. En 1842, en effet, elle plaide pour que le jeune compositeur ait accès à la Scala de Milan, le temple de l’opéra. Elle crée Abigaille dans Nabucco. C’est un triomphe, avec cinquante-sept représentations consécutives.
Assez vite cependant, sa voix décline, notamment à cause du surmenage, elle qui va jusqu’à chanter six fois Norma en une semaine. De plus, sa vie personnelle est très chaotique ; elle met au monde quatre enfants hors mariage, qu’elle devra abandonner. Giuseppina renonce à la scène en 1846, à tout juste trente ans.
Elle s’installe à Paris comme professeur et Verdi la rejoint l’année suivante. Désormais, leurs vies sont liées. Ils s’installent à Sant’Agata en 1851 et se marient le 29 avril 1859. Suivra la période sereine de leur vie à tous les deux, entre Paris, Gênes et Milan, celle de la pleine maturité créatrice de Verdi, riche de succès et d’inspiration.

AUTEUR

Karine Micard

Karine Micard, maître ès lettres à la Sorbonne, ayant évolué dans la production télévisée, est passionnée de l'histoire sociale et artistique du XIXe siècle et de l'opéra italien.

Suggestions