Un mort par page

Auteur


Parution: 12Février 2007
Pages: 180
Format: 135mm x 215mm
Prix: 29.95 $
ISBN: 978-2-221-10787-4


Un mort par page

Alors qu'il vient d'être plaqué brutalement par sa fiancée et que les morts pleuvent autour de lui, notre héros, pour se sortir de sa logique d'échec, souscrit trois pactes avec lui-même : tomber amoureux, écrire un best-seller, se construire un corps d'athlète. Pas facile pourtant de se tenir à d'aussi bonnes résolutions lorsque l'on croise le chemin d'un serial killer aux méthodes très particulières...Dans ce livre parodique du polar classique, la lecture est pimentée par la contrainte littéraire et extravagante que l'auteur s'est imposée : avoir un mort par page. Cet exercice de style est une véritable gageure, fertile pour débrider l'imagination. Les morts ici vont du réel au virtuel en passant par le symbolique. Qu'il s'agisse de la mort réelle d'un personnage de l'histoire, de celle supposée de Paul McCartney, ou bien encore de "feuilles mortes" ou de "tuer le temps"... Page après page, le lecteur se surprend à jouer avec cette mécanique et à guetter le mort (s'il ne le trouve pas, il se fait aider par un index en fin de livre).

Alors qu’il vient d’être plaqué brutalement par sa fiancée et que les morts pleuvent autour de lui, notre héros, pour se sortir de sa logique d’échec, souscrit trois pactes avec lui-même : tomber amoureux, écrire un best-seller, se construire un corps d’athlète. Pas facile pourtant de se tenir à d’aussi bonnes résolutions lorsque l’on croise le chemin d’un serial killer aux méthodes très particulières…Dans ce livre parodique du polar classique, la lecture est pimentée par la contrainte littéraire et extravagante que l’auteur s’est imposée : avoir un mort par page. Cet exercice de style est une véritable gageure, fertile pour débrider l’imagination. Les morts ici vont du réel au virtuel en passant par le symbolique. Qu’il s’agisse de la mort réelle d’un personnage de l’histoire, de celle supposée de Paul McCartney, ou bien encore de « feuilles mortes » ou de « tuer le temps »… Page après page, le lecteur se surprend à jouer avec cette mécanique et à guetter le mort (s’il ne le trouve pas, il se fait aider par un index en fin de livre).

AUTEUR

Daniel Fohr

Daniel Fohr a publié deux romans aux Éditions Robert Laffont : Un mort par page (2007) et Prière de laisser ses armes à la réception (2010). Il vit à Paris. Il aime le rock anglais et la moto. Il pourrait vivre n'importe où du moment qu'il fait chaud.

Suggestions