Un père pour grandir

Auteur


Parution: 21Mars 2011
Pages: 216
Format: 135mm x 215mm
Prix: 29.95 $
ISBN: 978-2-221-12233-4


Un père pour grandir

Comment faire pour apporter du bien-être à nos enfants ? Sur quels repères s'appuyer pour les éduquer quand la cellule familiale revêt tant de formes différentes ?
Un père pour grandir recouvre l'ensemble des principes, des stratégies et des éléments de méthode qui sous-tendent, structurent et expriment une volonté de changement. Plus précisément, l'auteur s'applique à défendre ce qu'il appelle la paternité positive : répondre « oui » pour un père, c'est agir sans intermédiaire, s'impliquer en tant que parent au côté de la mère, et assumer le partage des responsabilités. C'est ensuite, et surtout, avoir le souci de l'intérêt supérieur de l'enfant. Cette nouvelle paternité sert aussi les intérêts de la société : ne plus s'accommoder de l'opposition traditionnelle des fonctions parentales - l'amour de la mère / la loi du père - pour aider l'évolution des mentalités : des droits de l'enfant mieux reconnus, l'égalité hommes-femmes mieux respectée, la diversité des configurations familiales mieux acceptée.
Entre les pères adoptants, les pères IAD, les pères séparés, les pères homosexuels, voire les beaux-pères mis en position de père social..., il n'y a plus d'image unique du « bon père ». Désormais tous sont légitimes et revendiquent les mêmes droits que les mères à l'égard des enfants. Les mêmes droits et les mêmes devoirs ! souligne l'auteur.

Comment faire pour apporter du bien-être à nos enfants ? Sur quels repères s’appuyer pour les éduquer quand la cellule familiale revêt tant de formes différentes ?
Un père pour grandir recouvre l’ensemble des principes, des stratégies et des éléments de méthode qui sous-tendent, structurent et expriment une volonté de changement. Plus précisément, l’auteur s’applique à défendre ce qu’il appelle la paternité positive : répondre « oui » pour un père, c’est agir sans intermédiaire, s’impliquer en tant que parent au côté de la mère, et assumer le partage des responsabilités. C’est ensuite, et surtout, avoir le souci de l’intérêt supérieur de l’enfant. Cette nouvelle paternité sert aussi les intérêts de la société : ne plus s’accommoder de l’opposition traditionnelle des fonctions parentales – l’amour de la mère / la loi du père – pour aider l’évolution des mentalités : des droits de l’enfant mieux reconnus, l’égalité hommes-femmes mieux respectée, la diversité des configurations familiales mieux acceptée.
Entre les pères adoptants, les pères IAD, les pères séparés, les pères homosexuels, voire les beaux-pères mis en position de père social…, il n’y a plus d’image unique du « bon père ». Désormais tous sont légitimes et revendiquent les mêmes droits que les mères à l’égard des enfants. Les mêmes droits et les mêmes devoirs ! souligne l’auteur.

AUTEUR

Jean Le Camus

Professeur émérite de psychologie à l'université de Toulouse-II, Jean Le Camus a créé et animé l'équipe de recherche « Psychologie du jeune enfant » au sein du laboratoire Personnalisation et Changements sociaux de 1994 à 1998. Depuis une douzaine d'années, il s'est spécialisé dans l'étude des relations familiales et a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels Le Vrai Rôle du père chez Odile Jacob.

Suggestions