Europes

Auteur


Parution: 30Mai 2000
Pages: 1050
Format: 132mm x 198mm
Prix: 49.95 $
ISBN: 978-2-221-08575-2


Europes

Pour retracer ce parcours, deux chercheurs ont rassemblé, sous la forme d’une anthologie commentée, les textes majeurs – célèbres ou inédits – qui ont défini les traits ou infléchi l’histoire de notre  » continent spirituel  » : d’Hésiode à Václav Havel, une centaine d’auteurs jalonnent vingt-huit siècles d’histoire, de philosophie et de fiction européennes. Ambitieuse dans son propos, originale dans sa composition, l’anthologie invite à rêver au passé pour éclairer le présent.
 » Il y a environ une cinquantaine d’années vivait en France un jeune compositeur. Une nuit il rêva qu’on lui demandait d’écrire l’hymne de la nouvelle Europe. Le bonheur qu’il ressentit alors n’existe que dans les rêves, tout comme on ne peut voler que dans les rêves. Et il volait, il planait au-dessus des étendues blanches de neige de la Finlande, des hauts sommets des Tatras, le long des fjords de la Norvège et au-dessus du plat pays de Hollande, il vit la douce Ombrie et la lagune de Venise, il planait au-dessus du Forum romain, de l’Acropole, le long des murs rouges du Kremlin, il suivait les rives du Tage à travers l’Espagne et le Portugal, et pendant tout ce temps il entendait la mélodie de son hymne qu’il chantait sans paroles, et avec cette lucidité que l’on a dans les rêves, il savait que dans son hymne toutes les oppositions seraient conciliées, et qu’en même temps rien de la grandeur, ni de l’amertume du passé ne serait effacé dans cette mélodie, elle engloberait les découvertes et les batailles, les paroles de Socrate et les poèmes d’Ovide, les écrits de Rousseau et les chants de Mahler, le peintre de La Ronde de nuit et l’organiste de Leipzig, la bibliothèque d’Érasme et le souvenir de Goethe. Le jour arriva où son hymne devait être joué pour la première fois. La salle de son rêve ressemblait peut-être à celle-ci, l’orchestre à celui-ci. Lentement, et dans un grand silence, il se dirigea vers son pupitre, regarda les musiciens, leva sa baguette. Il donna le signal de la première mesure, mais à ce qu’il entendit alors, il dut pousser un cri épouvantable dans son rêve, car une lamentable cacophonie s’éleva pour faire place au bout de quelques mesures à un silence stupéfait… et avec la logique implacable des rêves, il sut ce qui s’était produit : chacun des musiciens n’avait pas joué le nouvel air, mais les premières mesures de son ancien hymne national, le Deutschland über alles avec La Marseillaise, le God Save the Queen avec La Brabançonne, et cela multiplié par trente et un. Je le répète, les fables sont simples, elles n’expriment pas la vérité, mais un sentiment.  »
Cees Nooteboom, L’Enlèvement d’Europe

AUTEUR

Yves Hersant

Yves Hersant est enseignant à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Suggestions