Fantômas T.1

Auteur
,

Parution: 30Mai 2013
Pages: 1312
Format: 132mm x 198mm
Prix: 56.95 $
ISBN: 978-2-221-13082-7


Fantômas T.1

— Fantômas !
— Vous dites ?
— Je dis… Fantômas.
— Cela signifie quoi ?
— Rien… et tout !
— Pourtant, qu’est-ce que c’est ?
— Personne… mais cependant quelqu’un !
— Enfin, que fait-il ce quelqu’un ?
— Il fait peur ! ! !

Fantômas n’est pas un héros positif. Il est le Génie du Mal, l’Insaisissable, qui renaît sans cesse de ses cendres. Jamais vaincu, il utilise tous les stratagèmes possibles et peu imaginables. Il nargue les hommes et transgresse les lois. Rien ne l’arrête, il pénètre toutes les couches de la société, des apaches des banlieues aux aristocrates des palaces, il franchit les frontières, connaît aussi bien Whitechapel et les docks de Londres que les fortif’ de Paris et la haute société européenne.
Cent ans plus tard, qu’est-ce qui rend la lecture de ce roman-fleuve aussi jubilatoire ?
D’abord, la jeunesse, l’énergie et l’imagination sans limites des auteurs qui séduisit artistes et intellectuels et fit le bonheur des surréalistes d’Apollinaire à Magritte ; ensuite le tableau sur le vif de la société où il naît – ce long feuilleton qui est une « série » avant l’heure amuse le lecteur par le décalque de l’actualité, la reprise des faits divers qui font la une des journaux, les noms transparents de personnages réels ; enfin la passion de la modernité sous toutes ses formes – voyages en train, bateau, avion, taxi-autos, télégraphe, téléphone renforcent l’ubiquité du héros, qui utilise tous les moyens que le Progrès met à sa disposition.
En septembre 1913, paraît l’ultime volume de la série dans un grand éclat de rire – les héros sombrent dans le naufrage du Gigantic. Six mois plus tard, Pierre Souvestre meurt d’une crise cardiaque. Le 2 août 1914, c’est la mobilisation générale. Le nouveau siècle montre son vrai visage – comme inventé par Fantômas, ce qu’écrira Alexandre Vialatte dans une de ses chroniques.
L’adaptation au cinéma par Louis Feuillade dès 1913 lança la postérité de Fantômas, qui connut de multiples avatars sans que jamais la série ne fût rééditée dans sa version originale. Versions tronquées, versions pour la jeunesse, versions illustrées, pastiches – Fantômas a tout connu. La version ici présentée permet pour la première fois de retrouver l’oeuvre dans son intégralité et sa vigueur.

Ce volume contient :

Introduction générale : Fantômas – Les Racines du Mal, où M. Letourneux et Loïc Artiaga racontent les secrets de production des auteurs (enregistrement sur rouleaux Edison).
Fantômas– Où l’on découvre les personnages, l’inspecteur Juve, le journaliste Jérôme Fandor. Et Fantômas, condamné à mort, qui met en oeuvre un stratagème diabolique.
Juve contre Fantômas– Un roman d’action plein de rebondissements. Maisons à double entrée. Personnages à identités multiples. Bagarre dans les entrepôts de Bercy. Attaque de train… Le roman adapté au cinéma dès 1913 fournira au 7e Art des scènes d’anthologie.
Le Mort qui tue– Où l’on découvre les nouvelles techniques de l’anthropométrie mises au point par Alphonse Bertillon et adoptées par l’Identité judiciaire.
L’Agent secret– Un roman d’espionnage ; la guerre des polices n’est pas une nouveauté.

AUTEUR

Marcel Allain

Marcel Allain (1885-1969) survivra plus d'un demi-siècle à son twin-brother, à la fois frère et double, dont il épousera la compagne en 1926. Il sera l'une des figures marquantes du roman populaire de l'entre-deux guerres.

AUTEUR

Pierre Souvestre

Pierre Souvestre (1874-1914), avocat, journaliste et écrivain, était le petit-neveu d'Emile Souvestre (1806-1854), ethnographe de la Bretagne. Jeune homme brillant et pressé, P. Souvestre collabore au journal L'Auto, publie en 1906 une Histoire de l'automobile, en 1909 La Traversée de la Manche en aéroplane, écrit des pièces de théâtre et des romans. Il s'associe en 1911 avec son jeune secrétaire Marcel Allain pour relever le défi que lui propose l'éditeur Arthème Fayard : écrire une série de romans policiers à paraître chaque mois.

Suggestions