J’ai voulu porter l’étoile jaune

Auteur


Parution: 15Février 2010
Pages: 224
Format: 110mm x 177mm
Prix: 36.95 $
ISBN: 978-2-221-11348-6


J’ai voulu porter l’étoile jaune

C'est le jour même de l'ordonnance nazie imposant le port d'un insigne à tous les Juifs que Françoise Siefridt, une étudiante catholique de dix-neuf ans, décide d'arborer une étoile jaune avec l'inscription « papou », pour en dénoncer le caractère barbare et humiliant. Un geste de résistance, à la fois dérisoire et symbolique, qui lui vaut d'être aussitôt arrêtée. De juin à août 1942, au cours de son internement comme « Amie des Juifs » aux camps des Tourelles puis de Drancy, Françoise Siefriedt, consciente de vivre une expérience extraordinaire, a tenu un journal. Un journal sobre et poignant, qui nous rapporte les scènes poignantes dont elle a été témoin, la description d'« un monde qu'elle n'avait jamais imaginé – et dont le mépris fou de l'humain était inimaginable ».

Dans une longue préface, Jacques Duquesne revient sur le contexte historique de l'année 1942, année des grandes rafles, et nous rappelle quelles furent en France les différentes réactions de l'Église et du monde chrétien face aux persécutions des Juifs.
Dans sa postface, Cédric Gruat nous fait mieux découvrir l'histoire de ces « résistants aux étoiles », qui furent une centaine en juin 1942. À l'instar de Françoise, une quarantaine furent internés trois mois dans des camps en France, où il durent porter l'étoile et une banderole sur laquelle était inscrit « Amis des Juifs ».

C’est le jour même de l’ordonnance nazie imposant le port d’un insigne à tous les Juifs que Françoise Siefridt, une étudiante catholique de dix-neuf ans, décide d’arborer une étoile jaune avec l’inscription « papou », pour en dénoncer le caractère barbare et humiliant. Un geste de résistance, à la fois dérisoire et symbolique, qui lui vaut d’être aussitôt arrêtée. De juin à août 1942, au cours de son internement comme « Amie des Juifs » aux camps des Tourelles puis de Drancy, Françoise Siefriedt, consciente de vivre une expérience extraordinaire, a tenu un journal. Un journal sobre et poignant, qui nous rapporte les scènes poignantes dont elle a été témoin, la description d’« un monde qu’elle n’avait jamais imaginé – et dont le mépris fou de l’humain était inimaginable ».

Dans une longue préface, Jacques Duquesne revient sur le contexte historique de l’année 1942, année des grandes rafles, et nous rappelle quelles furent en France les différentes réactions de l’Église et du monde chrétien face aux persécutions des Juifs.
Dans sa postface, Cédric Gruat nous fait mieux découvrir l’histoire de ces « résistants aux étoiles », qui furent une centaine en juin 1942. À l’instar de Françoise, une quarantaine furent internés trois mois dans des camps en France, où il durent porter l’étoile et une banderole sur laquelle était inscrit « Amis des Juifs ».

AUTEUR

Françoise Siefridt

Françoise Siefridt est née en 1923. Elle vit actuellement au Havre.

Suggestions