L’Algérie et la France

Auteur


Parution: 17Août 2009
Pages: 992
Format: 132mm x 198mm
Prix: 61.95 $
ISBN: 978-2-221-10946-5


L’Algérie et la France

Les relations entre la France et l'Algérie n'ont jamais cessé d'être passionnelles. Plus de trente-cinq ans après la signature des accords d'Évian, ce dictionnaire est un des premiers grands documents historiques qui s'attache à faire revivre, sans parti pris ni schématisme, une histoire toujours controversée. Il s'agit, non d'une thèse, mais d'une tentative d'inventaire. Des royaumes berbères à l'indépendance du pays (juillet 1962) et à l'exode des « pieds noirs », cet ouvrage met au jour des moments et des terrains restés jusqu'ici inexplorés, concernant aussi bien la période française que l'Histoire de l'Algérie elle-même. Il montre tout ce qui rapproche ces deux mémoires, entrelacées depuis cent trente ans et dont Albert Camus, Claude Cohen-Tannoudji (Prix Nobel de physique 1997) ou Nafissa Sid Cara, tous nés « là-bas », constituent autant de figures emblématiques. Ont été réunis cent soixante collaborateurs de spécialités et de générations différentes (historiens, littéraires, écrivains, anthropologues, juristes, linguistes, médecins, physiciens, urbanistes, économistes) dont les opinions, les regards et les langages multiples forment une mosaïque, afin de faire revivre un passé qui n'est pas « éteint » : celui de l'Algérie.

Les relations entre la France et l’Algérie n’ont jamais cessé d’être passionnelles. Plus de trente-cinq ans après la signature des accords d’Évian, ce dictionnaire est un des premiers grands documents historiques qui s’attache à faire revivre, sans parti pris ni schématisme, une histoire toujours controversée. Il s’agit, non d’une thèse, mais d’une tentative d’inventaire. Des royaumes berbères à l’indépendance du pays (juillet 1962) et à l’exode des « pieds noirs », cet ouvrage met au jour des moments et des terrains restés jusqu’ici inexplorés, concernant aussi bien la période française que l’Histoire de l’Algérie elle-même. Il montre tout ce qui rapproche ces deux mémoires, entrelacées depuis cent trente ans et dont Albert Camus, Claude Cohen-Tannoudji (Prix Nobel de physique 1997) ou Nafissa Sid Cara, tous nés « là-bas », constituent autant de figures emblématiques. Ont été réunis cent soixante collaborateurs de spécialités et de générations différentes (historiens, littéraires, écrivains, anthropologues, juristes, linguistes, médecins, physiciens, urbanistes, économistes) dont les opinions, les regards et les langages multiples forment une mosaïque, afin de faire revivre un passé qui n’est pas « éteint » : celui de l’Algérie.

AUTEUR

Jeannine Verdès-Leroux

Suggestions