L’Empire de la poussière

Auteur

Traducteur


Parution: Février 2021
ISBN: 9782221247839


L’Empire de la poussière

Traducteur

Une nouvelle voix italienne rejoint le catalogue de Pavillons : sensualité, onirisme et poésie sont réunis dans ce premier roman d’initiation qui convoque tout aussi bien Goliarda Sapienza, Shirley Jackson ou encore William Faulkner.

« Un roman dense et d’une grande beauté, à la fois onirique et teinté de macabre.” La Repubblica

Valentina a douze ans, une grand-mère pieuse et sévère, une mère sauvage, sublime et insaisissable. Le père est absent la plupart du temps et se contente de faire des apparitions dans la vieille maison de campagne où les trois femmes cohabitent. Dans la région, la maison est surnommée “la maison aveugle” : ses murs sont épais et n’arborent que de rares fenêtres, ses fondations sont imposantes, elle est un empire de poussière qui semble exister depuis toujours.

C’est l’été 1996 et un événement décisif s’invite à la fête : le corps de Valentina change et tout autour d’elle semble vouloir crier le secret qu’elle a choisi de garder pour elle. La mère et la grand-mère deviennent de plus en plus distantes et énigmatiques, tandis que la maison elle-même semble vibrer et s’animer d’étranges présages, au rythme du sang qui s’écoule de ses murs et des mystères qu’elle abrite.

Alors que grenouilles, moustiques et sauterelles envahissent les champs autour de la maison, Valentina explore le terrain insidieux et stupéfiant de l’adolescence : elle découvre ainsi les amitiés fusionnelles et leurs points de rupture, la sensualité âpre et curieuse, l’énergie féminine et mystique de la nature, la possibilité de mentir pour effacer la culpabilité, pour se maintenir dans l’illusion que tout résiste au temps, que rien ne change jamais.

L’Empire de la poussière est un très beau premier roman qui mêle habilement réalisme social et magique, dans un tourbillon qui sème perpétuellement le doute. Ce qui arrive à cette nature dévastée est-il le reflet de l’âme de ces trois femmes, présente uniquement à leurs yeux ? Le symbolisme biblique est-il sous-jacent pour dépeindre leur culpabilité ? Ou cette nature a-t-elle simplement décidé de reprendre ces droits ? Tout est vrai et rien ne l’est – c’est dans cette interstice de significations et d’interprétations que réside la beauté du livre – le tout porté par une écriture vive et poétique.

 

AUTEUR

Francesca Manfredi

Francesca Manfredi vit à Turin et enseigne à l’école Holden. Elle a publié des nouvelles dans le Corriere della Sera, dans le magazine Linus et dans l’anthologie Brave con la lingua (2018). Elle a reçu le prix Campiello Opera Prima pour son recueil de nouvelles Un bon endroit pour vivre.

Suggestions