Meurtre d’un dissident

Auteur

Traducteur
,

Parution: 13Août 2007
Pages: 416
Format: 153mm x 240mm
Prix: 34.95 $
ISBN: 978-2-221-10936-6


Meurtre d’un dissident

Traducteur

Souvenez-vous : le 23 novembre 2006, une heure avant de mourir, Alexandre Litvinenko, ancien agent du KGB réfugié à Londres, apprend qu'il est victime d'un empoisonnement au polonium 210. Une microscopique bombe nucléaire ravage ses cellules sanguines, les médecins ne peuvent plus rien faire pour le sauver... Lors d'un rendez-vous secret dans un hôtel londonien, ce dissident proche de Boris Berezovski (l'homme d'affaires exilé, bête noire de Vladimir Poutine) aurait bu une tasse thé contenant la dose radioactive fatale. Relayée par la presse du monde entier, cette mort atroce devient rapidement une affaire d'État. Elle ébranle les relations diplomatiques entre Londres et Moscou, et nous laisse cette question sans réponse officielle : pourquoi Alexandre Litvinenko a-t-il été éliminé ?

Alex Goldfarb, lui-même dissident, a aidé son camarade à fuir la Russie, il a coécrit ce livre avec la veuve de Litvinenko, Marina. Tous deux reviennent sur les événements qui ont précédé l'empoisonnement. Dès le premier chapitre, la tension est à son comble ; nous suivons la folle cavale de Litvinenko et de sa famille en Turquie. Ils ont quitté précipitamment leur pays, sont à la recherche d'un visa, mais l'ambassade américaine rejette leur demande. La CIA, les services secrets russes et turcs entrent en action, Litvinenko est traqué, sa femme et son fils sont en danger. Une course contre la montre et un incroyable retournement de situation vont leur permettre de trouver asile en Grande-Bretagne...

Au-delà même du thriller, les auteurs brossent dix ans d'histoire de la Russie, après l'effondrement soviétique, les échecs du gouvernement Eltsine, puis l'arrivée de Poutine au pouvoir suprême. Ils dénouent, sur fond d'espionnage et de police secrète, le système des oligarques, Berezovski en tête, la guerre de Tchétchénie et, bien sûr, l'irrésistible ascension du président russe.

Souvenez-vous : le 23 novembre 2006, une heure avant de mourir, Alexandre Litvinenko, ancien agent du KGB réfugié à Londres, apprend qu’il est victime d’un empoisonnement au polonium 210. Une microscopique bombe nucléaire ravage ses cellules sanguines, les médecins ne peuvent plus rien faire pour le sauver… Lors d’un rendez-vous secret dans un hôtel londonien, ce dissident proche de Boris Berezovski (l’homme d’affaires exilé, bête noire de Vladimir Poutine) aurait bu une tasse thé contenant la dose radioactive fatale. Relayée par la presse du monde entier, cette mort atroce devient rapidement une affaire d’État. Elle ébranle les relations diplomatiques entre Londres et Moscou, et nous laisse cette question sans réponse officielle : pourquoi Alexandre Litvinenko a-t-il été éliminé ?

Alex Goldfarb, lui-même dissident, a aidé son camarade à fuir la Russie, il a coécrit ce livre avec la veuve de Litvinenko, Marina. Tous deux reviennent sur les événements qui ont précédé l’empoisonnement. Dès le premier chapitre, la tension est à son comble ; nous suivons la folle cavale de Litvinenko et de sa famille en Turquie. Ils ont quitté précipitamment leur pays, sont à la recherche d’un visa, mais l’ambassade américaine rejette leur demande. La CIA, les services secrets russes et turcs entrent en action, Litvinenko est traqué, sa femme et son fils sont en danger. Une course contre la montre et un incroyable retournement de situation vont leur permettre de trouver asile en Grande-Bretagne…

Au-delà même du thriller, les auteurs brossent dix ans d’histoire de la Russie, après l’effondrement soviétique, les échecs du gouvernement Eltsine, puis l’arrivée de Poutine au pouvoir suprême. Ils dénouent, sur fond d’espionnage et de police secrète, le système des oligarques, Berezovski en tête, la guerre de Tchétchénie et, bien sûr, l’irrésistible ascension du président russe.

AUTEUR

Alex Goldfarb

Alex Goldfarb a fait la connaissance d'Alexandre Litvinenko dans les années 1990 à Moscou, il l'a aidé à fuir la Russie avec sa famille en 2000. Il dirige actuellement la fondation internationale pour les libertés civiles (Al) et vit à New York. Marina Litvinenko est la veuve d'Alexandre Litvinenko. Elle a obtenu le droit d'asile en Grande-Bretagne, où elle continue de vivre avec son fils.

Suggestions