Moi, Victoria, enfant volée de la dictature argentine

Auteur

Traducteur


Parution: 01Janvier 2010
Pages: 270
Format: 135mm x 215mm
Prix: 41.95 $
ISBN: 978-2-221-11209-0


Moi, Victoria, enfant volée de la dictature argentine

Traducteur

« Durant les années noires de la dictature argentine (1976-1983), les militaires supplicièrent, réduisirent en esclavage et assassinèrent des dizaines de milliers de citoyens, hommes et femmes, de tous âges et de toutes conditions sociales. Dans les prisons, des centaines de bébés furent enlevés à leur mère et vendus ou donnés à des sympathisants du régime. L'un de ces nourrissons s'appelait Victoria Donda. »

C'est à vingt-sept ans, grâce au travail remarquable de deux associations (Les Grands-mères de la Plaza de Mayo et HIJOS), que Victoria découvre qu'elle est la fille de disparus. À l'époque, elle s'appelle encore Analia, et ne sait rien des circonstances qui ont entouré sa naissance à l'ESMA, un centre de détention clandestin. Son oncle même, officier naval, a participé à l'arrestation et à l'assassinat de ses parents ? de jeunes militants d'extrême gauche ?, puis l'a placée dans une famille de militaires, sous un faux nom...

Après avoir vécu tant d'années dans le mensonge, Victoria doit reconstruire entièrement son histoire et son identité. Grâce à son engagement politique inébranlable, une force de vie exceptionnelle, elle parvient à renouer avec les parents qu'elle n'a jamais pu connaître, et avec la part d'elle-même qu'on lui a volée : sa quête la conduit à poursuivre le même idéal de justice et de vérité, à travailler au ministère du Développement social, à combattre pour la défense des droits de l'homme, et à se faire élire députée en 2007. Un parcours hors du commun, et un témoignage bouleversant sur le destin des enfants de disparus.

« Durant les années noires de la dictature argentine (1976-1983), les militaires supplicièrent, réduisirent en esclavage et assassinèrent des dizaines de milliers de citoyens, hommes et femmes, de tous âges et de toutes conditions sociales. Dans les prisons, des centaines de bébés furent enlevés à leur mère et vendus ou donnés à des sympathisants du régime. L’un de ces nourrissons s’appelait Victoria Donda. »

C’est à vingt-sept ans, grâce au travail remarquable de deux associations (Les Grands-mères de la Plaza de Mayo et HIJOS), que Victoria découvre qu’elle est la fille de disparus. À l’époque, elle s’appelle encore Analia, et ne sait rien des circonstances qui ont entouré sa naissance à l’ESMA, un centre de détention clandestin. Son oncle même, officier naval, a participé à l’arrestation et à l’assassinat de ses parents ? de jeunes militants d’extrême gauche ?, puis l’a placée dans une famille de militaires, sous un faux nom…

Après avoir vécu tant d’années dans le mensonge, Victoria doit reconstruire entièrement son histoire et son identité. Grâce à son engagement politique inébranlable, une force de vie exceptionnelle, elle parvient à renouer avec les parents qu’elle n’a jamais pu connaître, et avec la part d’elle-même qu’on lui a volée : sa quête la conduit à poursuivre le même idéal de justice et de vérité, à travailler au ministère du Développement social, à combattre pour la défense des droits de l’homme, et à se faire élire députée en 2007. Un parcours hors du commun, et un témoignage bouleversant sur le destin des enfants de disparus.

AUTEUR

Victoria Donda

Victoria Donda est née en 1977 à Buenos Aires, dans le centre de détention clandestin de l'Esma, puis placée aussitôt dans une famille de sympathisants du régime. Elle a commencé à militer en 1998 dans un parti d'extrême gauche, Venceremos (branche de « Patria libre »), tout en poursuivant des études de droit, et cela même avant d'avoir découvert ses origines, en 2003 (elle est la 78e enfant de disparus à avoir été identifiée). En 2004, elle travaille avec Alicia Kirchner au ministère du Développement social, puis participe au programme « Claudia Falcone » pour la défense des droits de l'homme. Elle est actuellement la plus jeune députée argentine (élue en 2007, parti Movimiento Libres del Sur).

Suggestions