Oeuvres complètes

Auteur


Parution: 31Mars 2014
Pages: 864
Format: 132mm x 198mm
Prix: 62.95 $
ISBN: 978-2-221-13299-9


Oeuvres complètes

Né en Gaule narbonnaise, Tacite a vécu entre la seconde moitié du Ier siècle après J.-C. et le début du IIe. Une période sombre au cours de laquelle se succèdent à la tête de l’Empire romain des souverains fous et sanguinaires (Tibère, Caligula, Néron…) et des empereurs plus respectueux de la morale et du peuple (Vespasien, Titus et Domitien).

Le génie de Tacite tient à ce qu’il est à la fois un historien qui s’appuie sur des informations vérifiées, écartant les deux écueils majeurs qui menacent la véracité des faits : la flatterie du pouvoir en place et la haine de ce dernier, un portraitiste admirable de précision et de vitalité, un moraliste au patriotisme intransigeant qui dénonce les turpitudes des empereurs comme de la plèbe, un écrivain au style étincelant qu’admiraient Racine et de Gaulle, un conteur inouï dont les évocations font resurgir la Rome antique souvent mieux que le cinéma ne l’a fait.

Tacite s’est mis tardivement à la composition littéraire, consacrant son talent à l’art oratoire dans lequel il était considéré comme un maître de premier ordre. La piété filiale et l’admiration que lui a inspirées son beau-père lui dictent l’oraison funèbre de ce dernier, le Livre sur la vie de Julius Agricola, devenu un véritable manifeste politique contre le pouvoir. Une décennie plus tard, Tacite revient dans le Dialogue des orateurs sur les problèmes de fond et de forme liés à l’exercice de l’éloquence. Ces premières oeuvres, auxquelles il faut ajouter De la Germanie, ont pour trait commun de comporter une analyse riche et documentée de l’histoire contemporaine de Rome. Suivront deux sommes fondamentales, Les Histoires et Les Annales.

On retrouve dans l’ensemble de ces textes les deux préoccupations majeures de Tacite : l’affaiblissement de la puissance romaine et la dégénérescence du pouvoir impérial pendant un Ier siècle marqué par des drames et des dérives catastrophiques et par la menace des peuples barbares dont les Romains ne se soucient guère alors qu’elle pèse de plus en plus sur leurs frontières.

Tacite est un historien rigoureux dans la lignée de ses maîtres, Tite-Live et Salluste. Pour lui, l’écriture est un engagement et une forme de devoir, car la dénonciation des dysfonctionnements de l’État est une façon de le servir en attirant l’attention des responsables. Pour Tacite, l’historien a une fonction morale essentielle vis-à-vis de ses lecteurs. « Mon dessein, écrit-il, n’est pas de rapporter toutes les opinions, mais seulement celles qui se signalent par leur noblesse ou par une insigne bassesse : j’estime en effet que c’est la tâche principale de l’annaliste de ne pas passer sous silence les vertus et d’inspirer aux paroles et aux actions perverses la crainte de l’infamie réservée pour la postérité. »

Maître de la langue latine, Tacite est aussi un styliste dont la puissance et la vigueur tiennent pour une grande part à son sens exemplaire de la concision.

AUTEUR

Tacite

Suggestions