Questions sur l’Encyclopédie

Auteur


Parution: Mai 2019
Pages: 1728
Format: 132mm x 198mm
Prix: 62,95 $
ISBN: 978-2-221-12210-5


Questions sur l’Encyclopédie

Voltaire « entreprit de rassembler, sous la forme de dictionnaire, toutes les idées, toutes les vues qui s’offraient à lui sur les divers objets de ses réflexions, c’est-à-dire sur l’universalité presque entière des connaissances humaines. Dans ce recueil, intitulé modestement Questions à des amateurs sur l’Encyclopédie, il parle tour à tour de théologie et de grammaire, de physique et de littérature ; il discute tantôt des points d’antiquité, tantôt des questions de politique, de législation, de droit public. Son style, toujours animé et piquant, répand sur ces objets divers un charme dont jusqu’ici lui seul a connu le secret… »
Ainsi salué par Condorcet, le dernier chef-d’oeuvre de Voltaire est aussi son texte le plus méconnu. Inaccessible au grand public depuis 1775, il n’était familier jusqu’ici que des chercheurs, grâce à l’édition critique conçue par la Voltaire Foundation sous l’autorité de Nicholas Cronk et Christiane Mervaud, qui ont également dirigé la présente publication.
Passé maître dans l’art de la forme brève, le philosophe donne libre cours tout au long de ce volume à sa virtuosité littéraire et intellectuelle dans le maniement des sujets et des genres les plus divers. Il y traite entre autres d’« Art poétique » et de « Métaphysique », de « Justice » et d’« Honneur », du « Mariage », de l’« Amour » et de l’« Onanisme », du « Beau », de l’« Enthousiasme » et de la « Curiosité », à travers de simples articles, des dialogues ou des contes, mêlés souvent de poésie. Voltaire déploie dans ces quelque quatre cents articles l’énergie toujours vivifiante d’une pensée en constante évolution. Les lecteurs d’aujourd’hui y trouveront avec bonheur un modèle de sensibilité, d’intelligence critique et de liberté d’esprit, contre toutes les formes de mauvais goût et d’intolérance.

AUTEUR

X Voltaire

Voltaire, de son vrai nom François-Marie Arouet, naît à Paris en 1694. Noble et historiographe du roi Louis XV, il a pourtant des rapports conflictuels avec la monarchie. Grand voyageur, il effectue de nombreux séjours en Europe, par exil ou par choix : Angleterre, Prusse, Suisse... Connu de son vivant pour ses tragédies plus que pour ses écrits philosophiques, c'est pourtant comme philosophe qu'il est passé à la postérité. Il meurt à Paris en 1778, une douzaine d'années avant la Révolution Française qu'il a contribué à inspirer.

Suggestions