Voyages imaginaires

Auteur


Parution: Août 2016
Pages: 1376
Format: 132mm x 198mm
Prix: 66,95 $
ISBN: 978-2-221-13306-4


Voyages imaginaires

L'écrivain Alberto Manguel montre dans ce recueil de récits de voyages la part essentielle que l'imagination a toujours occupée dans la découverte du monde. Depuis l'origine, les hommes ont éprouvé le besoin de s'inventer des royaumes et des terres lointaines qui n'existent pas encore dans la réalité. L'Iliade et l'Odyssée, avant Robinson Crusoe, en sont de merveilleux exemples. « Beaucoup des premiers voyages sont des quêtes de l'impossible », souligne-t-il. Tout périple est une quête à la fois magique et spirituelle. Dans sa préface, Manguel restitue au voyage sa dimension d'utopie en évoquant Thomas More et en citant Stevenson : « Mieux vaut voyager avec espoir qu'arriver à destination. » Contrairement à la géographie des encyclopédies et des atlas, la géographie imaginaire n'a pas de frontières. Ses lieux existent dans un espace illimité et occupent un paysage dont l'abondance est infinie ? les rives d'Utopies, le pays des Merveilles, l'Eldorado, le pays d'Oz, l'île de Peter Pan, les enfers et le paradis de Dante, l'Odyssée d'Ulysse, les voyages de Gulliver, l'île de Robinson, le château de Kafka... Alberto Manguel a choisi parmi d'innombrables textes six oeuvres originales et méconnues, dont celles d'auteurs canadien, américain et hongrois. L'une d'elle, Herland de Charlotte Perkins Gilman, est ici traduite pour la première fois en français. Ce volume contient : Denis Vairasse, Histoire des Sévarambes, 1675-1679 Abbé Pierre François Guyot Desfontaines, Le Nouveau Gulliver, 1730 Étienne Cabet, Voyage en Icarie : roman philosophique et social, 1839 James De Mille, L'Étrange Manuscrit trouvé dans un cylindre de cuivre, 1888 (traduit de l'anglais par Lauric Guillaud) Charlotte Perkins Gilman, Herland, 1915 (traduit de l'américain par Bernard Hoepffner) Fryges Karinthy, Capillaria, 1921 (traduit du hongrois par Judith et Pierre Karinthy)

L’écrivain Alberto Manguel montre dans ce recueil de récits de voyages la part essentielle que l’imagination a toujours occupée dans la découverte du monde. Depuis l’origine, les hommes ont éprouvé le besoin de s’inventer des royaumes et des terres lointaines qui n’existent pas encore dans la réalité. L’Iliade et l’Odyssée, avant Robinson Crusoe, en sont de merveilleux exemples. « Beaucoup des premiers voyages sont des quêtes de l’impossible », souligne-t-il. Tout périple est une quête à la fois magique et spirituelle. Dans sa préface, Manguel restitue au voyage sa dimension d’utopie en évoquant Thomas More et en citant Stevenson : « Mieux vaut voyager avec espoir qu’arriver à destination. »
Contrairement à la géographie des encyclopédies et des atlas, la géographie imaginaire n’a pas de frontières. Ses lieux existent dans un espace illimité et occupent un paysage dont l’abondance est infinie ? les rives d’Utopies, le pays des Merveilles, l’Eldorado, le pays d’Oz, l’île de Peter Pan, les enfers et le paradis de Dante, l’Odyssée d’Ulysse, les voyages de Gulliver, l’île de Robinson, le château de Kafka…
Alberto Manguel a choisi parmi d’innombrables textes six oeuvres originales et méconnues, dont celles d’auteurs canadien, américain et hongrois. L’une d’elle, Herland de Charlotte Perkins Gilman, est ici traduite pour la première fois en français.
Ce volume contient :
Denis Vairasse, Histoire des Sévarambes, 1675-1679
Abbé Pierre François Guyot Desfontaines, Le Nouveau Gulliver, 1730
Étienne Cabet, Voyage en Icarie : roman philosophique et social, 1839
James De Mille, L’Étrange Manuscrit trouvé dans un cylindre de cuivre, 1888 (traduit de l’anglais par Lauric Guillaud)
Charlotte Perkins Gilman, Herland, 1915 (traduit de l’américain par Bernard Hoepffner)
Fryges Karinthy, Capillaria, 1921 (traduit du hongrois par Judith et Pierre Karinthy)

AUTEUR

Alberto Manguel

Alberto Manguel est né en Argentine en 1948. Fils d'ambassadeur, il a passé une partie de son enfance à Tel-Aviv, en Israël, puis a grandi à Buenos Aires ? où, de 16 à 20 ans, il est devenu le lecteur de Borges. En 1968, il quitte l'Argentine, vit tour à tour en France, en Angleterre, en Italie, à Tahiti et au Canada, dont il prend la nationalité. Ses activités de traducteur, d'éditeur et de critique littéraire le conduisent naturellement à se tourner vers l'écriture. Composée d'essais et de romans, son oeuvre est reconnue dans le monde entier. Docteur honoris causa des universités de Liège et de Cambridge, il a reçu de très nombreux prix et distinctions. Il est Officier de l'ordre des Arts et des lettres. Il vient d'être nommé directeur de la Bibliothèque nationale d'Argentine où il prendra officiellement ses fonctions en juillet 2016.

Suggestions