La Gestapo Sadorski

Auteur


Parution: Novembre 2020
Pages: 608
Format: 140mm x 225mm
Prix: 29,95 $
ISBN: 978-2221245859


La Gestapo Sadorski

Le pire des salauds n’a pas dit son dernier mot !

L’inspecteur Léon Sadorski fait son grand retour et même la Gestapo compte sur lui…

Paris, octobre 1943.

Les attentats communistes sont devenus presque quotidiens, la bourgeoisie collabo a peur, demande dans la presse au gouvernement des armes pour se défendre. La population, affaiblie par les restrictions de plus en plus dures, redoute la venue de l’hiver et attend avec impatience un débarquement allié qui n’arrive toujours pas. Les Forces d’occupation sont nerveuses, la Gestapo est sur les dents. Un important dignitaire nazi, le colonel SS Julius Ritter, a été assassiné en sortant de chez lui, près du Trocadéro. L’inspecteur Léon Sadorski cache toujours dans son petit appartement l’adolescente juive Julie Odwak, de plus il l’a mise enceinte (à la fin de l’épisode précédent) et la situation est scabreuse. Yvette, la femme de Sadorski, ignore qui est le vrai père. Elle doit faire semblant d’être enceinte elle-même afin d’éviter la curiosité des voisins lorsque l’enfant naîtra.

La Gestapo convoque Sadorski pour lui confier la direction d’une petite unité de policiers français gestapistes, chargée de traquer les « terroristes » juifs FTP-MOI – c’est-à-dire ceux que l’Histoire retiendra sous l’appellation de « Groupe Manouchian » – et en particulier un mystérieux groupe de jeunes femmes étrangères germanophones, qui se laissent aborder par des soldats allemands dans l’intention de les recruter et les « retourner ». Sadorski a l’idée d’utiliser un vieil indicateur juif polonais, Leizer Migdal, menacé par ses coreligionnaires en tant que « traître », comme appât : si les résistants s’en prennent à lui, des policiers en planque les prendront en filature. L’espoir de Sadorski est de gagner de l’avancement en effectuant un brillant coup de filet, et en damant le pion au service rival, les féroces Brigades spéciales.

En même temps, Sadorski, obsédé sexuel et manipulateur, est tombé sous le charme juvénile de Jacqueline Perret, lycéenne des beaux quartiers et meilleure amie de Julie (Jacqueline est d’ailleurs l’héroïne de La Débâcle, situé trois ans plus tôt en juin 40). Pour arriver à ses fins, Sadorski se fait passer auprès d’elle pour le chef d’un réseau gaulliste clandestin, et embauche la jeune fille comme « agent de liaison », lui confiant des missions factices qu’il imagine peu risquées. Il compte que cette proximité la fera tomber amoureuse de lui.

Les choses ne se passeront pas exactement comme Sadorski l’avait prévu… Ce sera bien pire.

AUTEUR

Romain Slocombe

Écrivain, photographe, cinéaste, peintre, illustrateur et traducteur, Romain Slocombe réconcilie depuis plus de trente-cinq ans le roman noir, l’avant-garde artistique et l’univers underground de la contre-culture américaine ou japonaise. Armé de son humour british, il aborde des sujets graves au fil d’intrigues minutieusement documentées. En 2011, son art romanesque est unanimement encensé et Monsieur le Commandant (« Les Affranchis », NiL) rencontre un grand succès critique et populaire : dans une impitoyable exploration de la noirceur de l’âme humaine, ce roman épistolaire fait revivre le Paris littéraire de l’Occupation sous la plume d’un vieil écrivain pétainiste, un antisémite tombé follement amoureux de sa belle-fille juive. Auteur de polars accompli (Mortelle résidence, Première station avant l’abattoir) et spécialiste incontesté de l’imagerie japonaise, Romain Slocombe occupe une place singulière dans le panorama littéraire français, loin du conformisme, dans une parfaite indépendance.

Suggestions