Parution: Mars 2014
Pages: 304
Format: mm x mm
Prix: 34.95 $
ISBN: 978-2-221-14004-8


Big Data

Traducteur
Nous assistons à une véritable « mise en données du monde », où la quantité d’information double tous les trois ans, 98 % de l’information étant sous forme numérique… Le premier livre sur cette révolution qui va transformer nos vies, notre travail et notre pensée. La Big Data c’est l’accumulation impressionnante de milliards et de milliards de données numérisées de toutes sortes : celles concernant les individus, celles recueillies par des acteurs multiples, des entreprises telles Google, Facebook, Twitter, etc., ou encore les sites de ventes en ligne, les gouvernements, les institutions diverses… Un vrai déluge numérique que le professeur Viktor Mayer-Schönberger (université d’Oxford) et le journaliste Kenneth Cukier (The Economist) n’hésitent pas à qualifier de révolution aussi importante que l’imprimerie, un vrai « moment Galilée », selon eux. Pour que nous comprenions l’ampleur du phénomène, les deux auteurs rappellent, de façon pédagogique, que cette masse de données s’accumule essentiellement depuis une dizaine d’années et expliquent comment elle est désormais traitée, le bénéfice à en tirer (pour les acteurs économiques, sociaux, politiques, ONG…) mais aussi ce qu’on peut en craindre (pour la vie privée, pour la protection des individus). On découvre ainsi que des sciences comme l’astronomie ou la génétique furent les premiers secteurs à bénéficier des détecteurs, ordinateurs et réseaux de plus en plus puissants qui permettent de capter plus rapidement les données et en plus grand nombre, puis de les stocker, de les analyser plus vite et d’en tirer des observations inattendues. En effet, et c’est un des messages principaux du livre, l’analyse de données massives autorise des prédictions inouïes (parfois inquiétantes) et des capacités entièrement nouvelles : voiture sans pilote capable de se conduire toute seule, prédiction climatique, détection de phénomènes de censure ou de fraude, suivi d’une épidémie de grippe, amélioration de la prise en charge de grands prématurés, prévisions de votre consommation… Tous les domaines sont touchés (médecine, finance, automobile, sport, jeux, communication, grande distribution…). De nouveaux experts (les data scientists) commencent à prendre en charge le développement de ce secteur, et une nouvelle éthique est à construire. Moins qu’un Big Brother qui surveillerait en permanence tous les individus d’une société, les deux auteurs insistent enfin sur le danger qui consisterait à utiliser les big data pour prédire le comportement de certains, et leur attribuer « à l’avance » la responsabilité d’un acte qu’ils n’ont pas commis. Un cauchemar à la Minority Report qu’ils condamnent fermement.

Nous assistons à une véritable « mise en données du monde », où la quantité d’information double tous les trois ans, 98 % de l’information étant sous forme numérique… Le premier livre sur cette révolution qui va transformer nos vies, notre travail et notre pensée.

La Big Data c’est l’accumulation impressionnante de milliards et de milliards de données numérisées de toutes sortes : celles concernant les individus, celles recueillies par des acteurs multiples, des entreprises telles Google, Facebook, Twitter, etc., ou encore les sites de ventes en ligne, les gouvernements, les institutions diverses…
Un vrai déluge numérique que le professeur Viktor Mayer-Schönberger (université d’Oxford) et le journaliste Kenneth Cukier (The Economist) n’hésitent pas à qualifier de révolution aussi importante que l’imprimerie, un vrai « moment Galilée », selon eux.
Pour que nous comprenions l’ampleur du phénomène, les deux auteurs rappellent, de façon pédagogique, que cette masse de données s’accumule essentiellement depuis une dizaine d’années et expliquent comment elle est désormais traitée, le bénéfice à en tirer (pour les acteurs économiques, sociaux, politiques, ONG…) mais aussi ce qu’on peut en craindre (pour la vie privée, pour la protection des individus).
On découvre ainsi que des sciences comme l’astronomie ou la génétique furent les premiers secteurs à bénéficier des détecteurs, ordinateurs et réseaux de plus en plus puissants qui permettent de capter plus rapidement les données et en plus grand nombre, puis de les stocker, de les analyser plus vite et d’en tirer des observations inattendues.
En effet, et c’est un des messages principaux du livre, l’analyse de données massives autorise des prédictions inouïes (parfois inquiétantes) et des capacités entièrement nouvelles : voiture sans pilote capable de se conduire toute seule, prédiction climatique, détection de phénomènes de censure ou de fraude, suivi d’une épidémie de grippe, amélioration de la prise en charge de grands prématurés, prévisions de votre consommation… Tous les domaines sont touchés (médecine, finance, automobile, sport, jeux, communication, grande distribution…). De nouveaux experts (les data scientists) commencent à prendre en charge le développement de ce secteur, et une nouvelle éthique est à construire.
Moins qu’un Big Brother qui surveillerait en permanence tous les individus d’une société, les deux auteurs insistent enfin sur le danger qui consisterait à utiliser les big data pour prédire le comportement de certains, et leur attribuer « à l’avance » la responsabilité d’un acte qu’ils n’ont pas commis. Un cauchemar à la Minority Report qu’ils condamnent fermement.

AUTEUR

Kenneth Cukier

Kenneth Cukier est éditeur « data » au magazine The Economist ; il collabore aussi au New York Times, Financial Times ou Foreign Affairs.

AUTEUR

Viktor Mayer-Schoenberger

Viktor Mayer-Schoenbergerest professeur de « gouvernance et de régulation Internet » à l’institut Internet de l’université d’Oxford. Auteur de plus d’une centaine d’articles sur le sujet des big data, et de huit livres dont The Virtue of forgetting in the Digital Age. Il est conseiller chez Microsoft et au Forum économique mondial.

Suggestions