Parution: Février 2015
Pages: 324
Format: 135mm x 215mm
Prix: 29.95 $
ISBN: 978-2-221-14474-9


Travailler au XXIe siècle

Le travail est-il un instrument d'aliénation ou de progrès ? Dans un contexte de crise permanente, dont les grands marqueurs sont le chômage de masse, la pénibilité et la perte de sens, le travail peut-il encore être une expérience heureuse ? Tandis que s'effacent les repères de l'ère industrielle (organisation « scientifique » de la production, poids politique de la classe ouvrière), Travailler au XXIe siècle donne la parole aux salariés et revisite le concept classique de reconnaissance. Comment le travail, au-delà de sa dimension lucrative, peut-il être source de prestige et de gratification personnelle ? Forts de trois ans d'enquête et d'entretiens avec des salariés, des syndicalistes et des cadres dirigeants, les auteurs explorent la réalité complexe du monde de l'entreprise aujourd'hui en France et montrent les vertus de la reconnaissance au travail.

Le travail est-il un instrument d’aliénation ou de progrès ? Dans un contexte de crise permanente, dont les grands marqueurs sont le chômage de masse, la pénibilité et la perte de sens, le travail peut-il encore être une expérience heureuse ?

Tandis que s’effacent les repères de l’ère industrielle (organisation « scientifique » de la production, poids politique de la classe ouvrière), Travailler au XXIe siècle donne la parole aux salariés et revisite le concept classique de reconnaissance. Comment le travail, au-delà de sa dimension lucrative, peut-il être source de prestige et de gratification personnelle ?

Forts de trois ans d’enquête et d’entretiens avec des salariés, des syndicalistes et des cadres dirigeants, les auteurs explorent la réalité complexe du monde de l’entreprise aujourd’hui en France et montrent les vertus de la reconnaissance au travail.

AUTEUR

Dominique Méda

x

AUTEUR

Laetitia Sibaud

x

AUTEUR

Maëlezig Bigi

x

AUTEUR

Michel Wieviorka

Administrateur de la Maison Fondation des sciences de l'Homme, président de l'Association internationale de sociologie, Michel Wieviorka est également directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales En outre, président du conseil scientifique du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France), Michel Wieviorka a participé dès sa création, en janvier 2009, à la mise en place du laboratoire des idées du Parti socialiste : le « Lab ».

AUTEUR

Olivier Cousin

x

Suggestions