Alcoolisme : Le parler vrai, le parler simple

Auteur


Parution: 12Janvier 2006
Pages: 162
Format: 135mm x 215mm
Prix: 30.95 $
ISBN: 978-2-221-10544-3


Alcoolisme : Le parler vrai, le parler simple

"A la suite de la publication de votre livre : Le Dernier, pour la route et de l'accueil qui lui a été réservé, j'ai été frappé par la force et l'efficacité de votre témoignage et j'ai acquis la conviction que votre manière d'aborder le problème de l'alcoolisme pourrait trouver un prolongement dans une mission de réflexions et de propositions sur cette maladie."
C'est ainsi qu'en janvier 2005, devenu presque malgré lui le porte-voix de la lutte contre l'alcoolisme, grâce au succès et à l'impact de son récit-choc, Hervé Chabalier se voit confier par Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la Santé, une mission sur l'alcoolisme en France. En tant que citoyen et alcoolique "qui s'en est sorti", il se devait d'accepter cette mission. Il a donc repris son bâton de pèlerin, réuni une équipe de réflexions et d'échanges, constituée de médecins, alcoologues, addictologues, membres d'associations d'anciens buveurs... Il a interrogé les spécialistes, donné la parole aux malades et à leurs proches, confronté les statistiques, analysé les implications économiques, sociales, culturelles...
Le constat est sans appel : un Français sur dix est malade de l'alcool. Cinq millions de personnes sont concernés par une consommation abusive. L'alcool est responsable de 10 % des décès : chaque jour, cinq personnes meurent d'un accident impliquant l'alcool. Qui est également la première cause de mortalité chez les jeunes, et la première cause non génétique de handicap chez l'enfant. Ces chiffres sont éloquents, et pourtant la loi Evin a été récemment assouplie sous la pression des lobbies viticoles, et 15 à 20 % des alcooliques ne sont pas soignés pour leur alcoolisme. Pour quelles raisons ? Manque de moyens et de stratégie, banalisation du produit alcool... les pouvoirs publics ont jusqu'à présent fermé les yeux. On a du mal, particulièrement en France, à reconnaître que l'alcoolisme est une véritable maladie.
Il est donc urgent d'agir. Et il existe des solutions pour lutter contre ce fléau. Pour commencer, en faire un véritable enjeu de santé publique, une cause nationale. C'est ce que propose ce rapport sans complaisance, riche de propositions concrètes.

« A la suite de la publication de votre livre : Le Dernier, pour la route et de l’accueil qui lui a été réservé, j’ai été frappé par la force et l’efficacité de votre témoignage et j’ai acquis la conviction que votre manière d’aborder le problème de l’alcoolisme pourrait trouver un prolongement dans une mission de réflexions et de propositions sur cette maladie. »
C’est ainsi qu’en janvier 2005, devenu presque malgré lui le porte-voix de la lutte contre l’alcoolisme, grâce au succès et à l’impact de son récit-choc, Hervé Chabalier se voit confier par Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la Santé, une mission sur l’alcoolisme en France. En tant que citoyen et alcoolique « qui s’en est sorti », il se devait d’accepter cette mission. Il a donc repris son bâton de pèlerin, réuni une équipe de réflexions et d’échanges, constituée de médecins, alcoologues, addictologues, membres d’associations d’anciens buveurs… Il a interrogé les spécialistes, donné la parole aux malades et à leurs proches, confronté les statistiques, analysé les implications économiques, sociales, culturelles…
Le constat est sans appel : un Français sur dix est malade de l’alcool. Cinq millions de personnes sont concernés par une consommation abusive. L’alcool est responsable de 10 % des décès : chaque jour, cinq personnes meurent d’un accident impliquant l’alcool. Qui est également la première cause de mortalité chez les jeunes, et la première cause non génétique de handicap chez l’enfant. Ces chiffres sont éloquents, et pourtant la loi Evin a été récemment assouplie sous la pression des lobbies viticoles, et 15 à 20 % des alcooliques ne sont pas soignés pour leur alcoolisme. Pour quelles raisons ? Manque de moyens et de stratégie, banalisation du produit alcool… les pouvoirs publics ont jusqu’à présent fermé les yeux. On a du mal, particulièrement en France, à reconnaître que l’alcoolisme est une véritable maladie.
Il est donc urgent d’agir. Et il existe des solutions pour lutter contre ce fléau. Pour commencer, en faire un véritable enjeu de santé publique, une cause nationale. C’est ce que propose ce rapport sans complaisance, riche de propositions concrètes.

AUTEUR

Hervé Chabalier

Une enfance entre la Lozère, dont il est natif, et Barcelone, une adolescence en Afrique, avec ses parents instituteurs : Hervé Chabalier est depuis toujours un globe-trotter que passionnent le monde et ses soubresauts. Très jeune grand reporter au Nouvel Observateur puis au Matin de Paris, il couvre tous les grands conflits de la planète, de l'Afghanistan au Liban en passant par l'Amérique du Sud, ce qui lui vaut de recevoir le prix Albert-Londres pour l'ensemble de ses reportages. Depuis près de vingt ans, il dirige l'agence Capa, qu'il a fondée et qui a acquis au fil des ans une réputation internationale d'excellence et d'exigence en matière de télévision.

Suggestions