La sexygénaire n’a pas dit son dernier mot

Auteur

Traducteur


Parution: 20Août 2007
Pages: 288
Format: 130mm x 205mm
Prix: 9.97 $
ISBN: 978-2-841-11338-5


La sexygénaire n’a pas dit son dernier mot

Traducteur

Soixante ans dans quelques jours... Marie Sharp, retraitée et fière de l'être, livre à son journal intime le pire et le meilleur de sa nouvelle vie. Elle affronte la réalité avec un humour décapant, sans complaisance, mais avec toute sorte d'états d'âme plus drôles les uns que les autres. Autour d'elle, ces figures familières des premières années de la retraite : la meilleure amie soudain envahissante, le copain homo à qui l'on peut tout dire, la petite locataire française qui trouve sa logeuse « vairy old, mais très cool », et le chat, qui prend de l'âge lui aussi, et s'en moque complètement. Et puis il y a Archie, le vieux copain, béguin de ses jeunes années, avec qui Marie retrouve le bonheur de séduire.
Virginia Ironside, qui avoue avoir elle-même particulièrement bien profité des années 1970, trouve les mots justes et les idées qui font mouche pour s'adresser à ses lectrices – ces enfants du baby boom arrivés à l'âge de la retraite, ces femmes qui voulaient « tout tout tout » et le veulent encore. Observatrice à la plume acérée, l'auteur manie l'autodérision avec un talent rare, et passe avec brio du cynisme le plus bougon à la tendresse la plus délicate. « Flirtez autant que vous voudrez, personne ne vous prendra au sérieux » – « Faites le ménage dans votre carnet d'adresses : à quoi bon garder tous ces noms ? »– « L'université du troisième âge : vous voulez vraiment retourner à l'école ? »...


Soixante ans dans quelques jours… Marie Sharp, retraitée et fière de l’être, livre à son journal intime le pire et le meilleur de sa nouvelle vie. Elle affronte la réalité avec un humour décapant, sans complaisance, mais avec toute sorte d’états d’âme plus drôles les uns que les autres. Autour d’elle, ces figures familières des premières années de la retraite : la meilleure amie soudain envahissante, le copain homo à qui l’on peut tout dire, la petite locataire française qui trouve sa logeuse « vairy old, mais très cool », et le chat, qui prend de l’âge lui aussi, et s’en moque complètement. Et puis il y a Archie, le vieux copain, béguin de ses jeunes années, avec qui Marie retrouve le bonheur de séduire.
Virginia Ironside, qui avoue avoir elle-même particulièrement bien profité des années 1970, trouve les mots justes et les idées qui font mouche pour s’adresser à ses lectrices – ces enfants du baby boom arrivés à l’âge de la retraite, ces femmes qui voulaient « tout tout tout » et le veulent encore. Observatrice à la plume acérée, l’auteur manie l’autodérision avec un talent rare, et passe avec brio du cynisme le plus bougon à la tendresse la plus délicate. « Flirtez autant que vous voudrez, personne ne vous prendra au sérieux » – « Faites le ménage dans votre carnet d’adresses : à quoi bon garder tous ces noms ? »– « L’université du troisième âge : vous voulez vraiment retourner à l’école ? »…

AUTEUR

Virginia Ironside

Journaliste, Virginia Ironside est bien connue en Angleterre des lectrices du Courrier du coeur. Elle écrit dans The Indépendant. Célibataire, elle vit à Londres. Elle a un fils et deux petits-fils.

Suggestions