Proust était un neuroscientifique

Auteur

Traducteur


Parution: 16Janvier 2012
Pages: 324
Format: 135mm x 215mm
Prix: 34.95 $
ISBN: 978-2-221-11462-9


Proust était un neuroscientifique

Traducteur

Ce livre s'intéresse à des artistes qui ont découvert, avant les neurosciences, des vérités sur l'esprit humain – réelles, tangibles –, que la science commence à peine à redécouvrir. Alors que la connaissance scientifique et objective de l'univers progresse grâce aux expériences menées par les spécialistes, le neuroscientifique Jonah Lehrer a constaté une chose très surprenante – du moins pour les esprits trop rationnels qui ne croient qu'à la mesure et à la quantification : certains écrivains ou artistes, supposés n'inventer que de belles histoires (récits, tableaux, symphonies, etc.) ont fait des découvertes majeures sur notre cerveau. C'est après la lecture de Marcel Proust et sa gigantesque oeuvre construite sur la mémoire que le scientifique a acquis cette conviction : il a été possible, par des voies autres que celles de la science, d'anticiper des découvertes contemporaines.
Jonah Lehrer s'est alors attelé à la tâche de découvrir plusieurs autres “ précurseurs ” inattendus, et de cette recherche personnelle est né cet ouvrage. C'est ainsi que l'on retrouve trois chapitres consacrés à trois Français célèbres (sur les huit personnages que compte le livre) : Proust, bien sûr, et sa méthode de la mémoire ; mais aussi un grand cuisinier comme Auguste Escoffier, et « l'essence du goût » ; ou encore ce maître de la peinture que fut Paul Cézanne, et son « processus de la vision ». Les amateurs de littérature et de poésie retrouveront aussi Virginia Woolf ou Walt Whitman ; les amateurs de musique Igor Stravinsky...
Il n'est pas inutile de préciser, comme le fait remarquer Jonah Lehrer, que l'extrême précision de leurs découvertes coïncide avec l'intérêt profond que ces artistes eurent pour la science de leur époque, que ce soit en biologie, psychologie, chimie, etc. « Un jour, pensons-nous, la science élucidera tout », rappelle l'auteur. Or, l'imagination des artistes « a prédit les faits à venir ». Une proposition étonnante que tout lecteur de l'ouvrage peut vérifier par lui-même. Preuve que, pour décrire le cerveau, il y a « nécessité de faire appel aux deux cultures, art et science ». Autrement dit, « d'allier les méthodes réductionnistes de la science à une investigation artistique de notre expérience ».

Ce livre s’intéresse à des artistes qui ont découvert, avant les neurosciences, des vérités sur l’esprit humain – réelles, tangibles –, que la science commence à peine à redécouvrir. Alors que la connaissance scientifique et objective de l’univers progresse grâce aux expériences menées par les spécialistes, le neuroscientifique Jonah Lehrer a constaté une chose très surprenante – du moins pour les esprits trop rationnels qui ne croient qu’à la mesure et à la quantification : certains écrivains ou artistes, supposés n’inventer que de belles histoires (récits, tableaux, symphonies, etc.) ont fait des découvertes majeures sur notre cerveau. C’est après la lecture de Marcel Proust et sa gigantesque oeuvre construite sur la mémoire que le scientifique a acquis cette conviction : il a été possible, par des voies autres que celles de la science, d’anticiper des découvertes contemporaines.
Jonah Lehrer s’est alors attelé à la tâche de découvrir plusieurs autres “ précurseurs ” inattendus, et de cette recherche personnelle est né cet ouvrage. C’est ainsi que l’on retrouve trois chapitres consacrés à trois Français célèbres (sur les huit personnages que compte le livre) : Proust, bien sûr, et sa méthode de la mémoire ; mais aussi un grand cuisinier comme Auguste Escoffier, et « l’essence du goût » ; ou encore ce maître de la peinture que fut Paul Cézanne, et son « processus de la vision ». Les amateurs de littérature et de poésie retrouveront aussi Virginia Woolf ou Walt Whitman ; les amateurs de musique Igor Stravinsky…
Il n’est pas inutile de préciser, comme le fait remarquer Jonah Lehrer, que l’extrême précision de leurs découvertes coïncide avec l’intérêt profond que ces artistes eurent pour la science de leur époque, que ce soit en biologie, psychologie, chimie, etc. « Un jour, pensons-nous, la science élucidera tout », rappelle l’auteur. Or, l’imagination des artistes « a prédit les faits à venir ». Une proposition étonnante que tout lecteur de l’ouvrage peut vérifier par lui-même. Preuve que, pour décrire le cerveau, il y a « nécessité de faire appel aux deux cultures, art et science ». Autrement dit, « d’allier les méthodes réductionnistes de la science à une investigation artistique de notre expérience ».

AUTEUR

Jonah Lehrer

Jonah Lehrer est un jeune neuroscientifique américain particulièrement brillant, dont la carrière de vulgarisateur talentueux ne fait manifestement que commencer. Il a travaillé dans le laboratoire du Prix Nobel Eric Kandel et publie désormais dans le New Yorker et le Washington Post. Il écrit par ailleurs sur le blog « Mind Matters » pour le journal de vulgarisation de haut niveau Scientific American. Son premier livre, Proust Was a Neuroscientist, qui avait connu un succès mondial lors de sa parution, sera publiéaux Editions Robert Laffont en 2011.

Suggestions