Français, je vous haime

Auteur

Traducteur


Parution: 10Août 2009
Pages: 272
Format: 130mm x 205mm
Prix: 32.95 $
ISBN: 978-2-841-11410-8


Français, je vous haime

Traducteur

Savoir vivre en France n'est pas donné à tout le monde. C'est même un art qui se cultive. Stephen Clarke, qui a lui-même connu quelques déconvenues depuis son arrivée à Paris, livre les dix commandements à respecter pour survivre dans l'Hexagone. Florilège :
TU AURAS TOUJOURS RAISON. Les Français sont porteurs d'une intime conviction : nous sommes français, donc nous avons raison. Et c'est vrai, on ne peut pas leur enlever que quitter le Vietnam en 1954 était une bonne idée. Mais il leur arrive d'avoir tort, notamment lorsqu'ils pensent que Benny Hill représente l'avant-garde de la comédie anglaise.
TU NE TRAVAILLERAS POINT. Les Français sont formels : il ne sert à rien de travailler le vendredi après-midi. Ni les long weekends de mai. Ni en juillet et août...
TU NE CHANTERAS PAS. Les Français croient dur comme fer que les paroles d'une chanson sont si essentielles que l'on n'a pas vraiment besoin de mélodie. L'exception culturelle joue aussi en matière cinématographique. Les films français ont tous le même scénario : les hommes aiment les femmes qui en aiment d'autres, puis ils finissent tous par dîner ensemble pour en discuter.
Aucun des petits travers français n'échappe à la sagacité de Stephen Clarke, photos compromettantes et tableaux fallacieux à l'appui (soulignons toutefois que, dans un esprit de justice, l'auteur s'en prend avec la même verve à ses compatriotes).
Bref, il nous faut bien l'admettre : si la critique est perfide, elle n'en est pas moins juste. Est-ce masochisme ou mégalomanie, le lecteur français s'en délecte et en redemande.

Savoir vivre en France n’est pas donné à tout le monde. C’est même un art qui se cultive. Stephen Clarke, qui a lui-même connu quelques déconvenues depuis son arrivée à Paris, livre les dix commandements à respecter pour survivre dans l’Hexagone. Florilège :
TU AURAS TOUJOURS RAISON. Les Français sont porteurs d’une intime conviction : nous sommes français, donc nous avons raison. Et c’est vrai, on ne peut pas leur enlever que quitter le Vietnam en 1954 était une bonne idée. Mais il leur arrive d’avoir tort, notamment lorsqu’ils pensent que Benny Hill représente l’avant-garde de la comédie anglaise.
TU NE TRAVAILLERAS POINT. Les Français sont formels : il ne sert à rien de travailler le vendredi après-midi. Ni les long weekends de mai. Ni en juillet et août…
TU NE CHANTERAS PAS. Les Français croient dur comme fer que les paroles d’une chanson sont si essentielles que l’on n’a pas vraiment besoin de mélodie. L’exception culturelle joue aussi en matière cinématographique. Les films français ont tous le même scénario : les hommes aiment les femmes qui en aiment d’autres, puis ils finissent tous par dîner ensemble pour en discuter.
Aucun des petits travers français n’échappe à la sagacité de Stephen Clarke, photos compromettantes et tableaux fallacieux à l’appui (soulignons toutefois que, dans un esprit de justice, l’auteur s’en prend avec la même verve à ses compatriotes).
Bref, il nous faut bien l’admettre : si la critique est perfide, elle n’en est pas moins juste. Est-ce masochisme ou mégalomanie, le lecteur français s’en délecte et en redemande.

AUTEUR

Stephen Clarke

Dès qu'il a entendu parler de la réforme des 35 heures, Stephen Clarke a sauté la Manche pour venir s'installer en France. Il a profité de ses vendredis après-midi, jours fériés et autres congés pour écrire plusieurs best-sellers : God save la France (2005), God Save les Françaises (2007) et Français, je vous haime (2009), tous trois parus chez NiL éditions.

Suggestions